Plan alimentaire territorial : manger mieux, de saison et local

Circuits courts, manger local : Le Grand Annecy prépare demain

« Manger mieux, de saison et local » est devenu au fil des années un idéal pour le consommateur et un objectif pour les collectivités. Ce concept s’est construit sur une ferme volonté du consommateur de suivre la traçabilité des produits consommés et sur l’émergence des circuits courts.

Le Plan alimentaire territorial du Grand Annecy va permettre de structurer cette dynamique présente dans plusieurs objectifs d’Imagine le Grand Annecy et dans certaines actions du Plan climat air énergie territorial de l’Agglomération.

Il aura aussi pour ambition de renforcer notre autonomie alimentaire qui selon une étude réalisée en 2017 serait inférieure à 1%. Ainsi l’activité agricole sera consolidée et les ressources préservées.

Pour que le « Manger mieux, de saison et local » devienne une évidence et contribue au bien-être des Grands Annéciens.

Un Plan alimentaire territorial, ça consiste en quoi ?

Un Plan alimentaire territorial regroupe l’ensemble des initiatives locales destinées à affirmer l’ancrage au territoire de l’alimentation, en rapprochant les producteurs, les transformateurs, les distributeurs, les collectivités locales et les consommateurs.

Le Plan alimentaire territorial doit son existence à la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt de 2014. Dans son article 39, la LAAF précise que le Plan alimentaire territorial doit :

  • être élaboré de manière concertée avec tous les acteurs,
  • consolider les filières territorialisées,
  • développer les circuits courts
La population associée à la construction du Plan alimentaire territorial

Des ateliers seront organisés au cours du premier semestre 2021. Cette démarche participative permettra à toute personne intéressée par le sujet, résidant ou travaillant sur le Grand Annecy, d’apporter sa contribution. 

Ces ateliers permettront de dessiner les contours du diagnostic du Plan alimentaire territorial, première étape du processus, qui établira dans le périmètre de l’Agglomération la production agricole locale et le besoin alimentaire exprimé. Lancé au printemps, ce diagnostic sera élaboré après consultation des producteurs, des consommateurs, des professionnels de la santé, des acteurs sociaux, etc.

Les personnes souhaitant participer peuvent déjà se manifester en écrivant à planalimentaire@grandannecy.fr


 

En parallèle et dans le cadre du Plan de relance de l’Etat, le Grand Annecy va répondre à l’Appel à projet national pour l’alimentation « structurer les filières locales au travers des projets alimentaires territoriaux » qui encourage et soutient financièrement les Plans alimentaires territoriaux émergents. L’Agglomération pourra aussi nouer un partenariat avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du Plan Etat Région, pour le financement notamment d’actions plus ciblées comme par exemple, l’accélération de la transformation du secteur agricole. Après l’établissement du diagnostic viendra ensuite le temps de la co-construction du Plan alimentaire territorial.

A plus court terme, le Grand Annecy envisage de mettre en œuvre des actions déjà validées qui contribuent au « mieux manger » sur notre territoire, notamment en direction des cantines scolaires et des points de vente directe.

Pour Frédérique Lardet, Présidente du Grand Annecy, et Fabienne Duliège, Vice-présidente à l’agriculture, l’alimentation et la ruralité, tous les voyants sont au vert pour que nous puissions profiter davantage des produits du territoire et que nous renforcions dès maintenant notre autonomie alimentaire. « Ce sera du gagnant gagnant. Gagnant pour les producteurs locaux qui valoriseront leurs productions. Gagnant aussi pour les consommateurs plus rassurés sur la provenance des aliments consommés. Nous avons la chance sur le territoire d’avoir une agriculture dynamique, vertueuse et respectueuse des ressources, profitons-en. »